Δημοσθένης / Dêmosthénês

 La Mort de Démosthène. Belle œuvre dramatique néoclassique.Démosthène, en grec ancien Δημοσθένης / Dêmosthénês, né à Athènes en 384 av. J.-C., mort à Calaurie en 322 av. J.-C., est un homme d’État athénien. Grand adversaire de Philippe II de Macédoine, il est l’un des grands orateurs attiques.

Orateur et homme politique athénien, il prononça de célèbres discours à la tribune de l’assemblée, en faveur de la démocratie. Sa virtuosité rhétorique marqua l’apogée de l’art de l’éloquence. Fils d’un riche armurier athénien, le jeune Démosthène fit d’excellentes études de rhétorique et de droit. Il dut soutenir une série de procès contre ses tuteurs, dilapidateurs de sa fortune.

Doté d’un défaut d’élocution, il s’entraînait à parler, dit-on, avec des cailloux dans la bouche. Devenu logographe, il rédigeait et déclamait ses plaidoyers dans les procès d’État, pour le compte du ministère public. Grâce à ses dons d’orateur, il entra en politique vers 354 avant JC, et tenta de mobiliser les sentiments nationalistes des Athéniens sur la menace d’invasion par les troupes de Philippe II de Macédoine, enflammant l’assemblée par une série de discours passionnés, les Philippiques (réorganisation de l’armée), les Olynthiennes (porter secours à Olynthe), les discours Sur la paix et Sur les affaires de Chersonèse (prendre des mesures face à la guerre imminente).

Démosthène a devant lui une Grèce divisée, affaiblie par les luttes qui ont opposé dans le passé les cités les unes aux autres, et les ont laissées plus méfiantes à l’égard du voisin grec que de l’étranger. Nul ne s’inquiète des conquêtes successives de Philippe de Macédoine, qui menace les positions d’Athènes dans les Détroits, tandis qu’il s’assure des alliés en Grèce même en écrasant ceux qui lui résistent. En face de ces menaces, Athènes semble frappée de léthargie: l’égoïsme des possédants qui se refusent à payer l’impôt, et du peuple qui ne songe qu’à jouir gratuitement des spectacles, laisse la flotte en piteux état, tandis que la répugnance de tous à servir dans l’armée réduit celle-ci à des troupes de mercenaires mal payées.

En -340, devenu le chef du parti patriotique, il convainquit ses concitoyens, alliés aux Thébains, de partir en guerre contre Philippe II. Malgré leur défaite à Chéronée en -338, il conserva du respect de la part des Athéniens. Huit ans plus tard, l’un de ses plus anciens adversaires politiques, Eschine, profita de la proposition de Ctésiphon de décerner une couronne honorifique à Démosthène pour l’attaquer ouvertement au cours d’un procès. La défense que déploya alors l’orateur mis en cause, dans son discours Sur la couronne (330), constitue un chef-d’œuvre d’éloquence dans lequel Démosthène revendique fièrement la responsabilité d’avoir inspiré la résistance d’Athènes.

En -325, il fut accusé, probablement à tort, de détournement de fonds (affaire d’Harpale), il fut condamné à payer une amende qu’il ne put acquitter; il fut alors banni un an d’Athènes. A la mort d’Alexandre le Grand, fils de Philippe de Macédoine, Démosthène combattit à nouveau, mais sans succès, les Macédoniens. Condamné à mort, il devança ses exécuteurs en s’empoisonnant dans le temple de Poséidon.

http://www.yrub.com/histoire/demosthene.htm

Publicités

2 Réponses to “Δημοσθένης / Dêmosthénês”

  1. Didier KASZUBOWSKI Says:

    La référence du tableau m’intéresserait. Légende ?

  2. « La mort de Dêmosthénês », peinte par Michel-Martin Drölling en 1806.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :