La symphonie n° 9 en ré mineur – Ludwig van Beethoven

Posted in La beauté de l'art enrichit-elle la perception du réel ? on avril 30, 2011 by SERGE

Ludwig van Beethoven – compositeur allemand né à Bonn le 16 ou le 17 décembre 1770 et mort à Vienne le 26 mars 1827.

La symphonie n° 9 en ré mineur – est une symphonie en quatre mouvements pour grand orchestre, solos et chœur mixte composée de la fin de1822 à février 1824, créée à Vienne le 7 mai 1824 et dédiée au roi Frédéric-Guillaume III de Prusse. Son finale (25 minutes environ) est aussi long que la Huitième symphonie tout entière ; il introduit des sections chantées sur l’Ode à la joie (Ode an die Freude) de Friedrich von Schiller. Lire la suite

Ave Maria de Caccini

Posted in La beauté de l'art enrichit-elle la perception du réel ? on mars 23, 2011 by SERGE

Giulio Caccini (né le 8 octobre 1551 à Tivoli et mort le 10 décembre 1618 à Florence) est un compositeur italien de la fin de laRenaissance et du début de la période baroque.

Le grand public connaît Caccini par une œuvre qui lui est pourtant totalement étrangère : ce que l’on nomme couramment L’Ave Maria de Caccini n’est en fait qu’un pastiche, composé en 1970, par Vladimir Vavilov et est fort éloigné du style musical de Caccini.

Elle a obtenu un immense succès, dans les pays baltes et en Russie d’abord, puis dans le reste du monde. L’œuvre a été également popularisée par Andrea Bocelli, Sumi Jo, Charlotte Church, les Petits chanteurs de Saint-Marc, Vyatcheslaf Kagan-Paley et Lesley Garrett. Cette pièce musicale célèbre devrait donc être intitulée, dans un souci d’exactitude : Ave Maria (dit de Caccini) par Vladimir Vavilov (1925-1973). Lire la suite

A une femme

Posted in La beauté de l'art enrichit-elle la perception du réel ? on mars 8, 2011 by SERGE

Enfant ! si j’étais roi, je donnerais l’empire,
Et mon char, et mon sceptre, et mon peuple à genoux
Et ma couronne d’or, et mes bains de porphyre,
Et mes flottes, à qui la mer ne peut suffire,
Pour un regard de vous !
Si j’étais Dieu, la terre et l’air avec les ondes,
Les anges, les démons courbés devant ma loi,
Et le profond chaos aux entrailles fécondes,
L’éternité, l’espace, et les cieux, et les mondes,
Pour un baiser de toi !

Sous les arbres

Posted in La beauté de l'art enrichit-elle la perception du réel ? on février 27, 2011 by SERGE

 

Ils marchaient à côté l’un de l’autre ; des danses
Troublaient le bois joyeux ; ils marchaient, s’arrêtaient,
Parlaient, s’interrompaient, et, pendant les silences,
Leurs bouches se taisant, leurs âmes chuchotaient.

Ils songeaient ; ces deux coeurs, que le mystère écoute,
Sur la création au sourire innocent
Penchés, et s’y versant dans l’ombre goutte à goutte,
Disaient à chaque fleur quelque chose en passant.

Elle sait tous les noms des fleurs qu’en sa corbeille
Mai nous rapporte avec la joie et les beaux jours ;
Elle les lui nommait comme eût fait une abeille,
Puis elle reprenait : « Parlons de nos amours.

« Je suis en haut, je suis en bas », lui disait-elle,
« Et je veille sur vous, d’en bas comme d’en haut. »
Il demandait comment chaque plante s’appelle,
Se faisant expliquer le printemps mot à mot.

O champs ! il savourait ces fleurs et cette femme.
O bois ! ô prés ! nature où tout s’absorbe en un,
Le parfum de la fleur est votre petite âme,
Et l’âme de la femme est votre grand parfum !

La nuit tombait ; au tronc d’un chêne, noir pilastre,
Il s’adossait pensif ; elle disait : « Voyez
« Ma prière toujours dans vos cieux comme un astre,
« Et mon amour toujours comme un chien à tes pieds. »

Juin 18… Victor Hugo

Parlez-moi d’amour

Posted in La beauté de l'art enrichit-elle la perception du réel ? on janvier 24, 2011 by SERGE

Parlez-moi d’amour est une chanson écrite par Jean Lenoir (paroles et musique) en 1930 et créée par Lucienne Boyer. Elle a connu un succès considérable en France et dans le reste du monde.

Parlez-moi d’amour
Redites-moi des choses tendres
Votre beau discours
Mon cœur n’est pas las de l’entendre
Pourvu que toujours
Vous répétiez ces mots suprêmes
Je vous aime
Vous savez bien
Que dans le fond je n’en crois rien
Mais cependant je veux encore Lire la suite

Johann Pachelbel ‘Canon et gigue en ré majeur pour trois violons et basse continue’

Posted in La beauté de l'art enrichit-elle la perception du réel ? on janvier 9, 2011 by SERGE

Johann Pachelbel est un  compositeur et organiste allmendde la  période baroque né et mort à Nuremberg(baptisé le 1 septembre 1653 et décédé le 3 mars 1706). ‘Canon et gigue en ré majeur pour trois violons et basse continue – Œuvre au caractère solennel et majestueux, à quatre temps lents et imposants (généralement autour de 60 à la noire), d’une durée d’un peu moins de quatre minutes, le canon était à l’origine suivi d’une courte gigue à 12/8, rarement jouée. Lire la suite

Amour de la musique

Posted in La beauté de l'art enrichit-elle la perception du réel ? on décembre 18, 2010 by SERGE

Dans son enfance Marsel Pagnol passait ses vacances dans une ‘villa’ lointaine qui se trouvait dans les montagnes. Il y découverit l’ enchantement de la musique grâce a Isabelle, sa jeune voisine.Il raconte:

Un jour, quand je revenais d’une promenade, j’ai entendu le son d’un piano. Je me suis approché de la terrasse. Il n’y avait personne. La fenêtre de la maison etait ouverte: encore un pas, et je vis le dos d’Isabelle… C’était elle qui jouait, et des deux mains en même temps! Les petits doigts bruns couraient sur les touches, un mince bracelet d’argent dansait autour de son poignet. Parfoit, elle levait très haut une maine qui restait suspendue en l’aire une seconde, puis retombait, avec une vitesse incroyable, sur plusieurs notes à la fois,comme un épervier sur des hirondelles. Lire la suite